Report du Time Warp Festival 2017

« Voilà c’est fini », disait Jean-Louis Aubert dans une de ses chansons ! Et c’est donc bel et bien terminé. Le fameux Time Warp Festival a pris fin le dimanche 2 Avril aux alentours de 14h, et j’ai décidé de vous faire vivre avec quelques mots (les vidéos il suffit de taper sur YouTube « Time Warp » et vous êtes servis) mes ressentis sur l’un des meilleurs rendez-vous pour les technophiles.

 

C’est avec le siège 78 de la voiture 24 du train de 13h direction Mannheim que commence mon ascension. J’arrive sur le quai, rencontre quelques amis, fume une petite clope et hop c’est parti le train de la Deutsch Bahn quitte la Gare de l’Est. Pendant le trajet, je rencontre des tonnes de festivaliers qui s’agglutinent dans la voiture-bar. Faut bien commencer à se chauffer tranquillement, non ?!

 

Arrivé à Mannheim, je me précipite pour sortir de train à la recherche de mes camarades. Une fois réunis avec tout le monde, direction l’hôtel que l’on a réservé dans le centre de la ville. On dépose nos affaires et on go faire des courses dans les fameux supermarchés de l’Allemagne, L..l.

Bien entendu, la bière est toujours très bon marché et les alcools forts ne dépassent pas les 20 €. C’est donc avec un sourire et les sacs pleins que l’on sort en direction d’un « spot ».

 

 

Avec un temps comme celui que l’on a eu (sunshine), le parc était l’endroit idéal pour se poser, discuter, boire et commencer à échafauder des programmes pour ce soir. Car, comme vous le savez, le Time Warp c’est faire des choix et parfois ces choix sont un véritable supplice. Ricardo, Sven, les Matinez Brothers, Carl, on ne sait vraiment pas sur quels pieds danser.

 

Du coup, le temps passe, les esprits s’échauffent, les pupilles se dilatent, les narines se mouchent et reniflent, bref la before est bonne ! Une fois que le soleil commence à tomber et que la fraicheur de la nuit arrive, on se dirige vers un restaurant car nos ventres crient famine. C’est donc tout naturellement que l’on décide de rentrer et s’installer dans le premier BK de la ville qui se trouve sur notre route. Et, c’est parti pour une orgie culinaire.

 

Une fois notre repas fini, on décide de retourner à l’hôtel, ça continue de boire et de se chauffer avec les meilleurs Boiler Room afin de pouvoir enfin peut être choisir entre les Dj’s présents sur le festival.

 

Minuit, l’heure du crime, l’heure d’aller affronter les basses, l’heure de faire la fête. On prend donc le premier taxi que l’on voit direction la banlieue de Mannheim. On arrive, la queue est plutôt rapide même avec une fouille importante (les allemands, ils ne rigolent pas). Une fois à l’intérieur, il faut refaire la queue, mais cette fois-ci pour des tickets boissons. Après avoir perdu pas mal de temps on commence à se balader dans le festival, histoire de bien se repérer avant que l’alcool fasse effet sur notre sens de l’orientation.

 

 

Il faut savoir qu’il y a donc 6 scènes, les deux premières sont celles qui accueillent les plus « grands » Dj’s comme Carl Cox ou Sven Vath, et ce sont aussi celles-ci qui ont une scénographie incroyable. Les quatre autres scènes sont de taille très raisonnable, mais elles ont une scénographie un peu moins poussée.

 

 

Ci-dessus, la Time Table du Time Warp Festival 2017. Autant vous dire qu’il s’agit d’un sujet de philo du Bac tant les choix sont cornéliens. Du coup on a opté pour aller danser auprès de nos coups de cœur. C’est pourquoi dans l’ordre chronologique des choses nous sommes allés remuer notre popotin sur du Carl CoxRicardo VillalobosThe Martinez BrothersSven VäthMaceo PlexLoco DiceSolomunLaurent GarnierRichie Hawtin et Cry d’ErMarco Carola pour finir !

 

 

Personnellement parmi tous les artistes que j’ai vus, je retiens quelques bonnes surprises. Loco Dice a été la plus surprenante. En effet, le tunisien nous a balancé des tracks avec des basses incroyablement profondes et fortes. Le Ricardo a fait dans son habitude, un set rythmé et mélodieux que lui seul sait maîtriser de bout en bout. Sven, Carl et Laurent les papis qui font de la résistance, et on a envie de leur dire de ne jamais prendre leur retraite. Marco, Maceo, les Martinez brothers, Solomun et Richie ont été extrêmement bons dans leurs styles et dans la qualité de leur set. Mention spéciale pour le canadien qui a mixé plus de cinq heures devant un public surexcité.

 

 

Sur les coups de 13h, il faut commencer à récupérer ses affaires que l’on a déposées dans les casiers que les organisateurs nous ont gentiment mis en place. Un tour de clef, une main plongeante dans le casier, un sac sur les épaules et c’est avec des yeux écarquillés, un sourire et une marche quelque peu planante que je me dirige tranquillement vers la sortie du festival pour récupérer mon train en direction de notre bonne vieille capitale française.

 

 

La conclusion de ce petit périple est que ce fût une très bonne sortie, un véritable bol d’air ! La Time Warp, c’est un peu comme une street parade des années 90, il faut le faire au moins une fois dans sa vie pour réellement comprendre, vivre et s’émerveiller par la qualité de ce rendez-vous. L’ensemble des festivaliers sont chaleureux, corrects envers autrui. Le staff est juste nickel (pour la prochaine on espère qu’ils parleront un peu mieux le français). Et, bien évidemment tous les sets sont de qualités, la scénographie au top du top. C’est vraiment une réunion de famille où l’on peut même danser avec nos artistes préférés.  La seule désillusion a été au niveau du bar où les tarifs sont un peu au-dessus de la moyenne en comparaison avec d’autres festivals.

 

 

Pour vous, nous avons relevé certains sons qui ont été passés lors de l’événement :

 

 

The following two tabs change content below.

Maxime

Etudiant pour qui la musique facilite son transit intellectuel. C'est avec enthousiasme, plaisir et envie que je vous fais partager ma passion musicale !

Commentaires

commentaires

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire