Avec Frames Of The 5th Dimension, UJO signe un retour homérique à l’electronica riche et colorée. Cinq tracks transcendantes qui constituent une invitation à voyager au coeur de l’univers poétique du jeune producteur français.

Epluchage d’un EP aussi intéressant qu’agréable à écouter.



C’est aujourd’hui que sort le nouvel EP de UJO, véritable bouffée d’air frais dans le paysage musical actuel. Son talent réside dans l’alliage habile des codes du hip-hop / downtempo et du landscape cinématique. Il en résulte une musique chaude et hybride, couchée avec savoir-faire et maturité.

Dès la première écoute, on comprend que le producteur de 25 ans nous emmène dans son univers intime, représenté par des sonorités organiques et naturelles, et qui constituent un véritable tableau dont on ne se lasse pas d’observer les moindres détails.


On visualise assez bien les influences filmiques de l’artiste dès le premier morceau, « They Are Called » , qui ne saurait mieux illustrer la susnommée hybridation. Quelques coups d’archers rappelant inexorablement une musique de film proche du genre épique, mais très rapidement relevés par un développement orchestral sec et imposant. Très adroit.

L’introduction du second titre nous confirme tout de suite l’agilité avec laquelle il sait composer, à travers un phrasé de piano qui sait rester humble et ne pas s’enfoncer dans le niais, et nous offrant à terme un spectacle maitrisé de ce que UJO appelle lui-même la « belle mélancolie ».

« Let Go » constitue quant à lui sans doute le morceau le plus narratif de cette croisière. L’utilisation de dialogues issus de films installe définitivement son genre cinématique dans ses racines, et disposés finement à deux moments-clés, laissent libre toute interprétation.

Les deux morceaux qui clôturent l’EP nous plongent dans une audiosphère ambiante à l’intensité dégressive, nous autorisant alors à terminer le disque en douceur.

Finir une écoute avec autant de légèreté ne fait une fois encore qu’attester la dextérité avec laquelle le producteur joue de sa virtuosité, soumettant parfois une évasion totale, comme sur « Awakening ».


En somme, UJO nous offre une retrospective de son talent, dans une musique évolutive et contenue avec légèreté. Une véritable galerie dans laquelle on se plait à admirer des toiles de paysages remarquables.

Rien d’étonnant quand on sait que ce dernier vient des Alpes, loin de l’atmosphère urbaine. Avec un EP composé à l’air frais, UJO nous propose une réflexion authentique sur le monde, à mi-chemin entre nature et technologie.

Pour mieux nous représenter sa conception de l’espace, le producteur sortira un clip le 19 décembre, construit sur un medley des cinq morceaux de l’EP, où les textures organiques prennent tout leur sens.

En attendant, on se régale de ses nombreux autres morceaux sur Soundcloud, et on attend un premier live avec impatience.


UJO – Frames Of The 5th Dimension EP / Moose Records, 2016

☞ Acheter l’EP

☞ Facebook

☞ Soundcloud

☞ Moose Records

The following two tabs change content below.

Martin Neadel

Chroniqueur intemporel de bagatelles.

Derniers articles parMartin Neadel (voir tous)

Commentaires

commentaires