Review – Loin de la foule déchaînée

Thomas Vinterberg, réalisateur danois, est plus connu pour des films assez sombres et dérangeants tels que Festen, Dear Wendy ou encore La Chasse, primé au Festival de Cannes. Dans son dernier long-métrage, le réalisateur s’éloigne ainsi de son univers avec Loin de la foule déchaînée, qui nous conte un triangle amoureux durant l’Angleterre victorienne.

En premier lieu, il faut savoir que le film est tiré d’un des romans les plus populaires du Royaume-Uni, écrit par le talentueux Thomas Hardy. Le pari était ainsi élevé afin d’adapter fidèlement cette histoire romanesque. L’histoire c’est celle de Bathsheba Everdeene (Carey Mulligan) qui se retrouve à la tête d’une exploitation fermière héritée à la mort de son oncle. Soudainement, Bathsheba monte l’échelle sociale et se voit courtisée par trois hommes issus de milieux sociaux complètement différents.

Une vision positive de la femme

Dès le début du film, avant même que l’héroïne ne change de statut social, on rencontre une femme forte et indépendante. Elevée par sa tante, Bathsheba estime qu’elle n’a pas besoin d’homme dans sa vie et ne voit pas l’utilité d’un mariage. Courtisée par le fermier, Gabriel Oak (Matthias Schoenaerts), issu d’une classe sociale supérieure, elle ose refuser sa demande. Nous avons à faire à une femme impétueuse et sûre d’elle, chose très intéressante lorsqu’on prend en considération l’époque à laquelle le livre fût rédigé.

Devenue maîtresse de l’exploitation fermière, avec un bon nombre d’employés sous ses ordres, Bathsheba va devoir se confronter à un monde impitoyable d’hommes qui n’envisagent pas qu’une femme puisse tenir une ferme, ou qui estiment que son blé vaut forcément moins cher que celui d’un homme. L‘héroïne est intelligente mais surtout très ambitieuse : elle possède toutes les cartes en mains pour que sa ferme devienne la plus prospère des environs.

 

Une histoire romanesque

Toutefois, l’intrigue qui a fait vibrer des millions de lecteurs, est une histoire de cœur. La propriétaire ne mesure pas l’effet qu’elle produit sur les hommes croisant son chemin. Ne croyant pas à un mariage sans amour et ayant encore moins besoin d’un homme une fois devenue propriétaire, elle est prise au milieu d’un tourbillon lorsque deux autres hommes la courtisent : son voisin, M. Boldewood (Michael Sheen) riche propriétaire fermier, l’homme célibataire le plus prisé de la région, et le sergent Frank Troy (Tom Sturridge). Elle va donc devoir faire le bon choix parmi les nombreuses opportunités qui lui sont proposées et cela ne vas pas être chose aisée.

Le film est d’une fraîcheur et d’une qualité remarquable. On se passionne pendant plus de 2h par le destin réservé à Bathsheba et on a adoré la manière dont le réalisateur s’y est pris pour faire monter les émotions en crescendo et arriver, à l’issue du film, à un climax qu’on ne vous révèlera pas, bien entendu. Contre toute attente, l’humour est omniprésent dans le film et on se régale notamment des échanges corsés entre Bathsheba et le fermier Oak.

Présent lors de la projection, le réalisateur Thomas Vinterberg nous a avoué être littéralement tombé amoureux du scénario, chose fondamentale quand on réalise un film selon lui, expliquant que le changement de registre ne lui a pas fait peur. Concernant le choix des acteurs, il a affirmé avoir su que Carey Mulligan était parfaite pour le rôle dès la dixième page du scénario. On confirme que l’actrice brille de mille feux et nous fait une nouvelle fois preuve de son talent d’actrice mais aussi de chanteuse après sa magnifique scène dans Shame. Concernant l’acteur Matthias Schoenaerts (De Rouille et d’Os), il se démarque tellement qu’il finit par faire de l’ombre aux deux autres comédiens principaux, bien que Michael Sheen (Masters of Sex) soit également excellent dans son rôle, et interprète la souffrance et le rejet avec brio.

Les romantiques en tout genre seront donc amplement séduits. Le film, qui sort dans les salles françaises ce mercredi, semble parfait pour débuter le mois de juin avec gaieté.

The following two tabs change content below.
Passionnée de cinéma (très éclectique, tant que c'est en VO) et de musique. Je suis également une grande sérievore (j'ai arrêté de compter) et adore la littérature anglo-saxonne.

Derniers articles parLamia Souilah (voir tous)

Commentaires

commentaires

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire