Review – St. Vincent : Feel Good Movie en demi teinte.

St. Vincent est le 2ème long-métrage de Theodore Melfi, plus connu en tant que producteur, et peut se targuer d’avoir décroché deux nominations aux Golden Globes 2015. Le film raconte l’histoire de Vincent (Bill Murray), ancien vétéran de la guerre du Vietnam, retraité et misanthrope qui fait la rencontre de ses nouveaux voisins : Maggie (Melissa McCarthy) fraîchement divorcée et son fils, Oliver (Jaeden Lieberher).

Seulement Vincent n’est pas un gentil voisin attentionné, il possède toutes les caractéristiques de l’anti-héros et passe plutôt ses journées au bar, à parier ses derniers sous sur des chevaux ou en compagnie de Daka (Naomi Watts), une prostituée russe, enceinte jusqu’aux yeux. Vincent vit seul avec son chat, très satisfait de sa vie et de ses fréquentations, mais sa rencontre avec ses voisins va bien évidemment faire basculer son quotidien pour le meilleur et pour le pire.

Lorsque sa voisine Maggie, dépassée par sa vie professionnelle et son nouveau rôle de mère célibataire sollicite son aide pour garder son fils après les cours, Vincent accepte uniquement pour l’argent. Du moins, jusqu’à ce qu’une relation très forte se crée entre lui et le jeune Oliver…

Si Vincent n’a rien d’un saint comme le titre le laisse suggérer, il cache cependant un bon fond et devient peu à peu une figure paternelle pour Oliver. Ce dernier exerce une bonne influence sur le vieil homme et parvient progressivement à lui faire baisser sa garde. Laissant Oliver entrer dans son quotidien, l’anti-héros cache finalement un personnage meurtri et le spectateur éprouve de la difficulté à ne pas ressentir de l’empathie.

St. Vincent est un « feel good movie », le genre de film qui met du baume au cœur, et bien que l’histoire ne soit pas très originale et prévisible par moments on passe un excellent moment. Le film repose surtout sur les épaules de Bill Murray, qui arrive avec brio à interpréter un personnage cynique et caricatural, rôle de composition qui semble presque avoir été écrit pour lui. Les acteurs sauvent majoritairement le film, on pense à Naomi Watts, excellente en prostituée et future maman dont l’accent russe la rend hilarante. Melissa McCarthy, quant à elle, sort de sa zone de confort et de ses rôles comiques. On la redécouvre ici et on s’aperçoit qu’elle est également capable de faire passer des émotions avec un jeu sincère et juste. Sans ces acteurs de renoms, le film serait sans doute passé inaperçu et on comprend sans doute pourquoi. Sans ce casting, peut-être aurait-il peiné à séduire au cinéma, laissant présager la raison qui a conduit à sa sortie directement sur DVD et plateformes.

The following two tabs change content below.
Passionnée de cinéma (très éclectique, tant que c'est en VO) et de musique. Je suis également une grande sérievore (j'ai arrêté de compter) et adore la littérature anglo-saxonne.

Derniers articles parLamia Souilah (voir tous)

Commentaires

commentaires

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire