Les britaniques de Crazy P en escale à Paris pour un live disco/house

C’est la chouette nouvelle du mois de mai : les britaniques de Crazy P s’arrête à Paris pour la sortie de leur dernier album “Walk Dance Talk Sing». Et c’est au Badaboum, lieu polymorphe que l’on ne présente plus, que la bande de copains a décidé de se produire aux côtés de Dj Steef affilié au roster du label marseillais pointu la Dame Noir.

Crazy P est l’une des références “made in UK” dans la musique électronique. Né d’une rencontre universitaire entre Chris Todd et Jim Baron en 1995, les deux copains sont remarqués par le label deep house Paper Recordings basé à Manchester. C’est le point de départ de Crazy Penis (Crazy P pour ne pas offusquer les radios conservatrices britanniques). Rapidement le groupe s’élargit avec l’arrivée du bassiste Tim Davies, du percussionniste Mav et de la chanteuse Dannielle Moore.

Crazy P

Leurs quatre premiers albums ( “A Nice Hot Bath With” 1999, “The Wicked Is Music” 2002, “24 Hour Psychedelic Freakout” 2003 et “A Night On Earth” 2004) sont des succès. En 2008 le groupe signe sur le label britannique 2020 Vision (label sur lequel a signé Danillo Plessow aka Motor City Drum Ensemble) et l’album “Stop Space Return” marque le retour au Disco Funk.

Pour sa première en France, Crazy P sera au complet et nous livrera un live oscillant entre disco et house avant d’enchaîner sur un Dj set en B2B2B par les trois membres principaux du groupe Hot Toddy, Ron Basejam et Danielle Moore. Une soirée mémorable en perspective où les corps risquent de se trémousser sans trêve de 23h30 à 6H.

Timetable
23:30 à 01:00 : Dj Steef
01:00 à 02:30 : CRAZY P LIVE BAND
02:30 à 03:00 : Dj Steef
03:00 à 04:30 : Hot Toddy b2b Ron Basejam b2b Danielle Moore
04:30 à 06:00 : Dj Steef

L’événement facebook par ici.

Pour patienter et vous mettre en jambe, vous pouvez (re)voir/écouter la Boiler Room de Crazy P :

The following two tabs change content below.
Electrisée par l'art ; préférence pour la création contemporaine, la musique visuelle et les nouveaux médias plutôt que pour les primitifs flamands. Etudiante en industries culturelles et en journalisme.

Commentaires

commentaires

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire